RDC: 36 civils tués dans un nouveau massacre à Beni, le deuil national décrété

Trente-six civils, selon un bilan officiel, ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche à Beni, dans
l'est de la République démocratique du Congo, provoquant la colère de la population contre une
succession de massacres qui ont déjà fait plusieurs centaines de morts en moins de deux ans.Le gouvernement de la RDC a décrété un deuil national de trois jours à partir de lundi après le massacre
de "36 personnes, soit 22 hommes et 14 femmes" à Beni, a déclaré son porte-parole Lambert Mende à
la télévision publique dans la mi-journée.
"Les drapeaux seront mis en berne sur toute l'étendue du pays et les programmes des médias
audiovisuels adaptés à la circonstance", a-t-il ajouté.
Le lieutenant Mak Hazukay, porte-parole de l'armée avait déclaré plus tôt à l'AFP que des rebelles
présumés des Forces démocratiques alliées (ADF) avaient tué "une trentaine de personnes" dans la
ville.
"On vient de retrouver leurs corps" dans le quartier de Rwangoma. "La recherche de corps continue", at-
il ajouté, joint au téléphone de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu.
Rwangoma est un quartier périphérique de Beni, une ville frontalière du parc des Virunga, où s'abritent
des groupes armés, dans le nord du Nord-Kivu.
Rebelles musulmans ougandais opposés au président ougandais Yoweri Museveni, les ADF sont
présents dans l'est de la RDC depuis 1995. Ils sont accusés d'être les principaux auteurs de massacres
qui se poursuivent dans la région de Beni depuis octobre 2014.
Cette nouvelle attaque a eu lieu 72 heures après une visite du président congolais Joseph Kabila dans la
région où il a promis de tout mettre en oeuvre pour "imposer" la paix et la sécurité.
"Il y a déjà 35 corps ramenés à la morgue de l'hôpital de Beni", a déclaré de son côté Gilbert Kambale,
président de la société civile de la ville de Beni.
"C'est de la consternation parce que le président de la République est passé par ici et voilà que nous
sommes massacrés", a-t-il regretté, indiquant que l'attaque avait eu lieu entre 19h00 et 23h00 (17h00 et
21h00 GMT).
Pour le lieutenant Hazukay, les ADF ont "contourné" les positions de l'armée "pour venir massacrer la
population en guise des représailles" aux opérations militaires en cours dans la zone.
Dimanche, une centaine de personnes scandant des slogans hostiles au gouvernement et au président
Kabila ont manifesté à Beni.
Les manifestants portaient au moins un nouveau corps sans vie d'une des victimes de la tuerie, selon
des témoins.
"Les policiers viennent de nous ravir le corps (du mort), mais nous comptons continuer à manifester.
C'est anormal qu'on nous massacre comme des chèvres", a protesté en swahili, Georges Kamate, un
conducteur de taxi-moto.
"Notre gouvernement est incapable de nous sécuriser", criait un autre manifestant.- Plus de 600 civils tués -
"Il y a un déficit sécuritaire criant, [les autorités] ont été incapables de sécuriser la population, c'est
pourquoi celle-ci est descendue dans la rue", a expliqué M. Kambale.
Selon Jackson Kasereka, militant des droits de l'Homme à Beni, les habitants des quartiers du nord de
la ville "brûlent des pneus" dans la rue en signe de protestation contre la tuerie et contre les autorités.
Contacté par l'AFP, le maire de Beni, Edmond Masumbuko, n'a pas souhaité réagir immédiatement,
arguant être "dans une réunion de sécurité".
La ville et le territoire de Beni ont été endeuillés depuis octobre 2014 par une série de massacres ayant
coûté la vie à plus de 600 civils. Le gouvernement congolais et la Monusco accusent les ADF d'être
responsables de ces tueries.
Cette version a été partiellement remise en cause par un récent rapport du Groupe d'étude sur le Congo
de l'Université de New York, selon lequel les ADF portent effectivement une part très importante de
responsabilité dans ces massacres, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de
l'armée régulière.
En dépit des efforts de stabilisation déployés par la communauté internationale et les autorités
congolaises, cette région reste déchirée par la violence depuis la fin de la deuxième guerre du Congo
(1998-2003).
Le 8 août, onze militaires congolais et un Casque bleu avaient été blessés dans le territoire de Beni lors
d'un affrontement avec les ADF, selon la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).
Dimanche, M. Mende a soutenu que "la RDC a déjà eu à alerter le monde sur cette menace djihadiste"
sur son territoire, mais elle "déplore que dans notre pays, les forces armées de la RDC soient seules à
l'affronter dans l'indifférence de la communauté internationale".

Posts les plus consultés de ce blog

Déclaration du Procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, sur la situation dans les provinces des Kasaï, en République démocratique du Congo

Le PAM et la FAO rassemblent leurs forces pour soutenir 18 000 ménages dans le Tanganyika

MONUSCO construit un mur pour proteger de la Prison centrale d’Uvira au Sud-Sud-Kivu